JUlie proscenium

J’ai rencontré Julie, grâce à Aurélie de Scoothair. Julie est une cliente d’Aurelie et elle avait besoin d’une maquilleuse pour son shooting photo qu’elle organisait pour la création de son agence de communication Proscenium.

Je vous laisse découvrir les photos du shooting , la présentation de son agence ainsi qu’une interview de Julie pour en savoir un peu plus sur elle :)

proscenium julie 6 proscenium julie 1

11659347_908108365902096_1519743055995401630_n 11666105_908108509235415_9063647582299995120_n 11702675_908108372568762_2600139713678393948_n 11737879_908108559235410_2403535373881789149_n

 

10413436_908108289235437_1237123068674272030_n 11403012_908108282568771_2925885313288192798_n

« L’idée est de communiquer autrement en se basant sur l’histoire du créateur d’entreprise, sur ses valeurs, sur ce qui le rend unique, sur son image. C’est pourquoi il s’agit d’une communication émotionnelle. La sincérité, l’humanité rend une entreprise plus attractive. Le client s’attache. »

Quant au mot Proscenium, il s’agit du terme qui désigne l’avant-scène dans un théâtre. Représentée dans le visuel par la partie en rose.
Dans l’équipe plusieurs personnes viennent du milieu du spectacle. Certaines de nos solutions de communication font appel à des techniques issues de cet univers.

Nous considérons chez Proscenium que l’acteur principal d’une entreprise – son meilleur ambassadeur – est son fondateur. Tout est mis en œuvre pour le mettre en scène avec conviction et authenticité.
Mais chaque rôle compte ! L’équipe n’est pas laissée de côté.

– Tu dis communiquer pour tes clients en te basant sur leur histoire, dis-nous en un peu plus sur toi (âge, enfants, mariée, passion)   

J’ai 36 ans, deux enfants, divorcée, mais bientôt remariée à un homme fantastique qui se trouve également être mon associé chez Proscenium. Son métier de chargé d’affaires pour un prestataire en sonorisation, éclairage, structure et vidéo est un atout de taille pour la branche « Événementiel » de notre agence de communication.

Je suis quelqu’un de passionné. La mode, l’art contemporain, la photo… mais aussi les mots, les expériences sensorielles, les rencontres… tout ce qui est issu de l’humain créatif et curieux me fascine.

J’aime travailler sur moi-même en général. Et dernièrement j’ai passé le cap de la modification corporelle en confiant mon dos à la tatoueuse Rachel M Kong.

 

– Quelles sont tes expériences professionnelles avant la création de ton agence?

J’ai fondé Bordeaux Collectif Burlesque en 2011 et je l’ai dirigé jusqu’au mois de mars de cette année. Cette expérience a été riche en apprentissages. J’y étais chef d’une équipe d’artistes et de techniciens, organisatrice, productrice d’événements privés et de spectacles, chargée de communication et de relation presse. Nous faisions régulièrement salle comble et organisions des cours d’effeuillage. Ça reste une fierté personnelle et collective. Durant cette période j’ai rencontré certains de mes partenaires actuels photographes, graphiste et webdesigner.

Il y a 8 ans j’ai été l’une des premières ambassadrices à vendre des jouets intimes à domicile. Cela m’a valu notamment un passage dans une émission de divertissement grand public. Durant cette expérience professionnelle j’ai été chef d’équipe régionale, j’ai tenu un blog très suivi et imité par mes collègues de l’époque, j’ai mis en place les premières soirées promo en collaboration avec des bars à la mode…

Il y a 15 ans je développais un projet de mécénat entre les entreprises et les artistes. Je réalisais des reportages vidéo dans l’univers de chaque partenaire, ainsi qu’un reportage de l’œuvre commandée.

Durant 10 ans, en parallèle du burlesque, des jouets intimes et de l’éducation de mes enfants, j’ai été assistante maternelle agréée à mon domicile. Un métier qui en apprend là aussi beaucoup. J’ai développé ma patience, mon sens des responsabilités, de l’organisation, ainsi que l’écoute et le conseil auprès des jeunes parents.

–  Quels sont les styles qui t’influencent dans ton métier ?

J’ai fait une formation de stylisme/modélisme. Alors quand je pense style, je pense classiques indémodables et tendances actuelles. L’idée c’est de sentir l’air du temps d’un côté et de l’adapter à la singularité d’un client de l’autre.

J’aime les concepts forts et les « histoires de famille ». Ca résume bien les entrepreneurs qui m’inspirent.

Pour ce qui concerne mes influences personnelles, je suis par exemple bluffée par la clairvoyance et l’éloquence de  Simon Sinek quand il raconte la manière dont les grands leaders inspirent l’action.

Je m’intéresse au personal branding. Le concept de marque personnelle repose sur l’idée d’appliquer à une personne les techniques de communication utilisées pour les marques.

Les mouvements viraux sur le net sont là aussi fascinants à observer, car les thèmes qui touchent le grand nombre sont universels.

J’ai été très sensible par exemple au projet « Ne serait-ce qu’une seconde » de l’agence de publicité Leo Burnett pour Mimi Foundation

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=pMWU8dEKwXw

Cette agence de pub fonctionne sur le modèle HumanKind que j’affectionne bien évidemment, car l’Homme est au centre de toutes leurs créations.

Pour ce qui est du graphisme, les tendances actuelles me parlent beaucoup. Mélange de photos et de textes, design plat, 3D, éléments géométriques… La technique au service d’une histoire, d’un univers. Mais parfois la simplicité est plus efficace. Il n’y a pas de recette.

 

Alice je te remercie pour ton interview et pour l’intérêt que tu portes à ma démarche. De plus, j’estime énormément ton travail et je suis ravie de pouvoir collaborer avec toi.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *